Endommagement des aciers à usage automobile, après galvanisation au trempé à chaud Agrandir l'image

Endommagement des aciers à usage automobile, après galvanisation au trempé à chaud

Neuf

L'allègement des véhicules automobiles passe par l'utilisation de nouvelles nuances d'Acier à Haute Résistance Mécanique. Ces aciers, plus sensibles à la corrosion, nécessitent d'être protégés contre l'oxydation. La galvanisation au trempé à chaud est l'une des méthodes privilégiées.
Cette étude s'intéresse aux effets de la galvanisation sur le comportement de l'acier[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs BECKER Nicolas
Public(s) Entreprises et fédérations professionnelles
Secteur de la recherche
Thématique Recherche et Innovation
Collection Expertises
Date d'édition 2012/12
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 203 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

L'allègement des véhicules automobiles passe par l'utilisation de nouvelles nuances d'Acier à Haute Résistance Mécanique. Ces aciers, plus sensibles à la corrosion, nécessitent d'être protégés contre l'oxydation. La galvanisation au trempé à chaud est l'une des méthodes privilégiées.
Cette étude s'intéresse aux effets de la galvanisation sur le comportement de l'acier X12Cr13. Une chute de durée de vie est observée après galvanisation, d'autant plus importante que la durée de galvanisation l'est. Il en est de même pour la limite de fatigue. Le traitement thermique, subit par l'acier durant la galvanisation, améliore le comportement en fatigue. Contrairement aux observations faites dans la littérature, le réseau de fissuration, se formant dans l'intermétallique delta, est absent de la couche de galvanisation sur cet acier. La dégradation provient des opérations de prétraitement de surface préalables à la galvanisation au trempé à chaud, couplée à l'épaisseur de sa couche.
Un second volet concerne les effets de la galvanisation sur un assemblage soudé par point. Une forte amélioration du comportement en fatigue a été constatée sur un assemblage après galvanisation, avec l'instauration d'une limite de fatigue importante. Cette amélioration provient essentiellement de l'effet de brasage se produisant entre les deux coupons de tôle, autour du point soudé.
Un suivi temporel de l'endommagement par thermoélasticimétrie est réalisé sur un assemblage soudé par point puis galvanisé. La brasure redistribue les contraintes en évitant des concentrations aux bords du point soudé. Une fois rompue, l'assemblage se comporte en fatigue tel un assemblage non galvanisé. Les bénéfices de la galvanisation sont principalement d'ordre géométrique.
Ces travaux ouvrent des perspectives intéressantes quant à l'utilisation de la galvanisation sur des pièces assemblées par point.