Exploration de procédés tout-ALD via la synthèse de couches minces à base de sulfures et d'oxydes pour l'élaboration de cellules photovoltaïques de type CIGS. Agrandir l'image

Exploration de procédés tout-ALD via la synthèse de couches minces à base de sulfures et d'oxydes pour l'élaboration de cellules photovoltaïques de type CIGS.

Neuf

Ce projet s'inscrit dans le champ thématique «Production durable et énergies renouvelables » de l'ADEME et plus particulièrement dans l'axe « Production, gestion et stockage de vecteurs énergétiques issus de sources renouvelables ». Il est proposé d'utiliser les atouts de la technique de dépôt chimique en phase vapeur par flux[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs LE TULZO Harold, ADEME, EDF, IRDEP, IPVF
Public(s) Secteur de la recherche
Thématique Energies renouvelables, réseaux et stockage
Collection Hors collection
Date d'édition 2018/10
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 314 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

Ce projet s'inscrit dans le champ thématique «Production durable et énergies renouvelables » de l'ADEME et plus particulièrement dans l'axe « Production, gestion et stockage de vecteurs énergétiques issus de sources renouvelables ». Il est proposé d'utiliser les atouts de la technique de dépôt chimique en phase vapeur par flux alternés (ALD) pour la synthèse de matériaux de haute qualité pour initier des transferts vers des procédés ALD optimisés pour l'industrialisation ainsi que permettre l'élaboration de cellules tout-ALD. Soucieux de comprendre les mécanismes de croissance impliqués, faire avancer les connaissances fondamentales liées à l'ALD et afin d'optimiser au mieux le matériau au dispositif, ce projet possède également un fort caractère exploratoire. Il s'inscrit dans les grands projets de recherches communs de l'IPVF (projet II.B en particulier), et profitera directement des ressources et compétences de l'IRDEP. L'objectif de cette thèse est d'utiliser les atouts de la technique ALD pour la synthèse de matériaux pour applications dans les futures générations de cellules solaires en couches minces CIGS. Cette technique permet le dépôt de films uniformes, couvrants et d'épaisseur contrôlée à l'échelle de la monocouche dans des conditions douces. Grâce à ses caractéristiques, elle connaît un développement spectaculaire dans le domaine industriel pour la microélectronique. Dans le domaine du photovoltaïque, le contrôle à une échelle de plus en plus précise des épaisseurs et des interfaces va également dans le sens d'une utilisation accrue de l'ALD dans les années à venir. Le coeur du projet portera sur la synthèse de matériaux et l'ingénierie fine des interfaces pour à la fois l'intégration dans des dispositifs CIGS, mais aussi l'élaboration de cellules tout-ALD. Le doctorant devra non seulement prendre en main un réacteur de dépôt ALD nouveau au laboratoire, mais surtout mettre à profit ses fonctionnalités pour la synthèse de matériaux par l'utilisation de précurseurs chimiques innovants. En parallèle, il utilisera un autre réacteur ALD équipé d'une assistance plasma qui permettra de diversifier les réactivités et le travail d'optimisation des interfaces. La compréhension des mécanismes réactionnels mises en jeu via des études in-situ (dont deux outils seront implémentés par le doctorant durant ce projet) et les caractérisations des matériaux synthétisés (DRX, MEB/EDX, transmission optique, ...) sera primordiale. En effet, cette dernière combinée à une stratégie adaptée de design des molécules permettront la synthèse de nouveaux matériaux de compositions et structures bien définies et des ingénieries d'interface à l'échelle de la monocouche atomique. Enfin, ces matériaux seront directement intégrés aux cellules CIGS, et testés pour valider les concepts et permettre le développement de dispositifs photovoltaïques plus performants et plus économes en matériau. Ils seront par ailleurs les composants fondamentaux d'une première cellule CIGS tout-ALD.