Identification des sources d'aérosols dans le Douaisis Agrandir l'image

Identification des sources d'aérosols dans le Douaisis

Projet ISARD

Neuf

Ce rapport présente les résultats du projet de recherche ISARD (Identification des Sources d'AéRosols dans le Douaisis) qui vise à apporter des éléments de connaissances et des outils pour permettre la mise en oeuvre d'actions concertées et effectives d'amélioration de la qualité de l'air dans le Douaisis. Le territoire de[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs PERDRIX Esperanza, ECOLE DES MINES DE DOUAI, ADEME
Co-auteur(s) IMT LILLE DOUAI, COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION DU DOUAISIS, SYNDICAT MIXTE DU SCOT GRAND DOUAISIS, ATMO HAUTS DE FRANCE, VILLE DE DOUAI
Public(s) Bureaux d'études
Collectivités territoriales
Secteur de la recherche
Thématique Air et bruit
Collection Expertises
Date d'édition 2018/07
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 20 P + 60 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

Ce rapport présente les résultats du projet de recherche ISARD (Identification des Sources d'AéRosols dans le Douaisis) qui vise à apporter des éléments de connaissances et des outils pour permettre la mise en oeuvre d'actions concertées et effectives d'amélioration de la qualité de l'air dans le Douaisis. Le territoire de cette étude est centré autour de la ville de Douai et des communes avoisinantes dans le Nord de la France. Des niveaux élevés en particules fines (PM2,5) sont féquemment observés dans l'air ambiant ce qui peut induire des effets sur la santé.L'étudeprésente les enjeux régionaux liés à la pollution aux PM2,5, expose la méthodologie employée et donne les différentes étapes concernant :

  • La caractérisation de lavariabilité spatio-temporelle et chimique des particules fines à Douai par des mesures et de la modélisation ;
  • L'identification des sources locales et lointaines à l'origine des particules fines observées grâce à une analyse statistique des données (mesures) ;
  • Une aide au choix des zones d'actions prioritaires sur le territoire d'étude grâce au croisement des données modélisées de la pollution atmosphérique particulaire et d'un indicateur de défaveur sociale.

Des sources locales liées au trafic routier et à la combustion de biomasse sont mises en évidence dans le Douaisis. Elles contribuent à la pollution particulaire en automne et en hiver.
Une importante contribution aux PM2,5 des aérosols inorganiques secondaires (AIS) riches "en sulfate" et aussi "en nitrate" a été trouvée. La diminution des concentrations en AIS passe par la réduction des émissiosn de leurs gaz précurseurs (oxydes d'azote, dioxyde de soufre, ammoniac, composés organiques volatils).
Enfin, quatre "îlots regroupés pour l'information statistique" (IRIS) sont identifiés, cumulant les défaveurs sociale et environnementale (liée à la pollution particulaire). Ces quatre IRIS constituent des zones d'actions prioritaires pour la réduction de la pollution de l'air et des inégalités sociales dans le Douaisis.