Expositions agrégées aux composés organiques semivolatils dans l'habitat et risques sanitaires associés Agrandir l'image

Expositions agrégées aux composés organiques semivolatils dans l'habitat et risques sanitaires associés

Neuf

Les populations sont exposées dans leur habitat à un nombre croissant de composés chimiques, dont les composés organiques semi-volatils (COSV). Ils se distribuent sur les surfaces, les phases particulaire et gazeuse de l'air et les poussières, participant ainsi à l'exposition des populations par ingestion, par inhalation et par contact cutané.[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs PELLETIER Maud, UNIVERSITE RENNES I, UNIVERSITE DE BRETAGNE LOIRE, FONDATION DE FRANCE, ADEME, LERES, OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DE L'AIR INTERIEUR
Public(s) Secteur de la recherche
Thématique Urbanisme et bâtiment
Collection Expertises
Date d'édition 2017/12
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 267 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

Les populations sont exposées dans leur habitat à un nombre croissant de composés chimiques, dont les composés organiques semi-volatils (COSV). Ils se distribuent sur les surfaces, les phases particulaire et gazeuse de l'air et les poussières, participant ainsi à l'exposition des populations par ingestion, par inhalation et par contact cutané. Plusieurs de ces composés sont suspectés d'être toxiques pour l'Homme. L'objectif de cette thèse est d'évaluer, par une démarche d'évaluation des risques sanitaires, l'impact sur la santé publique des expositions aux COSV fréquemment détectés dans les logements français. Dans un premier temps, les expositions ont été estimées pour 32 composés à partir de données de contamination et de facteurs humains d'exposition comme le poids, le volume respiratoire, le temps passé dans l'habitat, etc. Les voies orale, pulmonaire et cutanée ont été agrégées pour les COSV les plus préoccupants présents dans l'habitat et pour plusieurs tranches d'âge de la naissance à 30 ans. Dans un second temps, les risques pour la santé humaine ont été modélisés à partir de ces expositions et des données disponibles sur leur toxicité. Chaque composé a été pris en compte individuellement mais également en mélange sous l'hypothèse d'additivité des doses. Ce travail a permis l'obtention de distributions représentatives des expositions des populations dans l'habitat en France et d'identifier les voies et les médias dominants pour chaque composé ainsi que les COSV les plus à risque pour une certaine proportion de la population française.

Documents liés