RESPIRE - Récolte des menus bois en forêt Agrandir l'image

RESPIRE - Récolte des menus bois en forêt

Potentiel, Impact, indicateurs et Remédiation par Epandage de cendres

Neuf

La demande en bois-énergie, notamment de plaquettes forestières, est appelée à s'accroitre dans les années à venir. Le projet RESPIRE vise à :

  1. étudier l'impact d'un prélèvement accru des menus bois en forêt sur la matière organique du sol, la dynamique d'éléments nutritifs dans l'écosystème, la biodiversité du sol et les[…]
 Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs SAINT-ANDRE Laurent, BUEE Marc, AUBERT Mickaël, RICHTER Claudine, DELEUZE Christine, ROKOTOARISON Hanitra, ABILDTRUP Jens, AKROUME Emila, BACH Cyrille, BERTHE Thierry, BILOT Nicolas, BOUVET Alain, CHAUVAT Matthieu, DREYFUS Philippe, ECHEVARRIA Guillaume, ELIE François, FAUCHERY Laure, FUENTE Pilar, GERANT Dominique, LAUVIN Damien, LEBAN Jean-Michel, LEBLANC Marine, LEDUC Valentin, MAILLARD François, NORMAND Matthieu, QUIBEL Edouard, RAVELOSON Clark, RENAUD Jean-Pierre, ROY Sanjoy, STENGER Anne, VIAUD Pauline, VINCENOT Lucie, ZELLER Bernhard, INRA, ONF, UNIVERSITE ROUEN, FCBA, UNIVERSITE DE LORRAINE, GCF
Public(s) Bureaux d'études
Entreprises et fédérations professionnelles
Thématique Produire autrement
Collection Expertises
Date d'édition 2019/03
Type de document Synthèse d'expertise
Nb. de pages 16 P + 114 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

La demande en bois-énergie, notamment de plaquettes forestières, est appelée à s'accroitre dans les années à venir. Le projet RESPIRE vise à :

  1. étudier l'impact d'un prélèvement accru des menus bois en forêt sur la matière organique du sol, la dynamique d'éléments nutritifs dans l'écosystème, la biodiversité du sol et les fonctions de cette diversité en lien avec la minéralisation de la matière organique ;
  2. étudier les mécanismes biophysiques de remédiation par les cendres de bois ;
  3. renseigner les politiques publiques en matière d'intensité de prélèvement, et ensuite de remédiation par les cendres issues de chaufferies de biomasse bois.
Pour cela, le projet s'appuie sur des expérimentations ex situ en laboratoire et in situ avec un réseau de 12 parcelles permanentes de 2 ha chacune sur la manipulation de matière organique des sols en forêt (Réseau MOS, chêne et hêtre), incluant un traitement extrême où le sol est mis à nu tous les ans par enlèvement des litières fraiches (de façon à borner les réponses de l'écosystème sans que cela ne soit envisagé pour la gestion). La présente synthèse expose la méthodologie employée ainsi que les résultats et les perspectives du projet.