Evaluer les bénéfices socio-économiques de la reconversion de friches pour lutter contre l'artificialisation. Outil BENEFRICHES Agrandir l'image

Evaluer les bénéfices socio-économiques de la reconversion de friches pour lutter contre l'artificialisation. Outil BENEFRICHES

Neuf

L’outil BENEFRICHES permet de quantifier les bénéfices nets socio-économiques et environnementaux d’un projet d’aménagement pour aider les collectivités et acteurs de l’aménagement à orienter leurs choix d’implantation entre le renouvellement urbain et l’extension urbaine (friche vs. terres agricoles), voire entre différents scénarios d’usage sur une même friche (ex : logements[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs CHATEAU Laurent, PIQUANT Maximilien, BESTIEU Adrien, CAUCHARD Lionel, SERRE Jeanne, ADEME, ARCADIS, EFFICACITY
Public(s) Bureaux d'études
Collectivités territoriales
Thématique Déchets/Economie circulaire
Changement climatique et énergie
Urbanisme et bâtiment
Sols pollués
Collection Expertises
Date d'édition 2020/08
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 20 p + 36 p + 8 p + 34 p + 45 p
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

L’outil BENEFRICHES permet de quantifier les bénéfices nets socio-économiques et environnementaux d’un projet d’aménagement pour aider les collectivités et acteurs de l’aménagement à orienter leurs choix d’implantation entre le renouvellement urbain et l’extension urbaine (friche vs. terres agricoles), voire entre différents scénarios d’usage sur une même friche (ex : logements vs. parc paysager).

En tant que fonciers disponibles dans tous les territoires, les friches sont des réelles opportunités pour inscrire ces territoires dans une trajectoire de sobriété et de résilience nécessaire à l’atteinte de l’objectif de « Zéro artificialisation nette ».
Mais la remise en état des friches est un préalable coûteux qui contraint nombre de projets de reconversion (bilan économique déficitaire). Notamment dans les zones où le marché immobilier est peu porteur et pour des projets visant des usages alternatifs à la construction qui ne génèrent pas ou peu de recettes (renaturation, production d’énergies renouvelables, etc.).

Bien qu’essentielle, l’approche économique seule est insuffisante à accompagner le changement vers la réduction de l’artificialisation, car elle n’intègre pas l’ensemble des effets qu’un tel projet peut induire (ex : amélioration de l’attractivité d’un quartier, réduction du besoin en infrastructures et en déplacements, maintien de capacité de stockage de carbone dans les sols, etc.)

L’application de l’outil BENEFRICHES à 4 opérations démontre que la reconversion de friches génère des bénéfices nets socio-économiques pouvant « compenser » le déficit économique de l’opération.