PHYTENER : développement de la phytostabilisation sur des sols contaminés par des métaux à des fins énergétiques Agrandir l'image

PHYTENER : développement de la phytostabilisation sur des sols contaminés par des métaux à des fins énergétiques

Viabilité écologique, intérêt social et bilan économique. Note de synthèse

Neuf

Dans la région Nord-Pas-de-Calais, l'activité d'une fonderie de plomb a entraîné la contamination de sols en cadmium (Cd), plomb (Pb) et zinc (Zn) par la déposition de quantités considérables de poussières en surface.
Sur les parcelles agricoles, la contamination est limitée à l'horizon labouré et les productions végétales obtenues sur des[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs DOUAY F, BIDAR G, ADEME, ISA
Public(s) Secteur de la recherche
Thématique Sols pollués
Collection Hors collection
Éditeur(s) ADEME
Date d'édition 2015/03
Type de document Synthèse d'expertise
Nb. de pages 33 P
Format pdf/A4
Imprimé/A4
Langue FR

En savoir plus

Dans la région Nord-Pas-de-Calais, l'activité d'une fonderie de plomb a entraîné la contamination de sols en cadmium (Cd), plomb (Pb) et zinc (Zn) par la déposition de quantités considérables de poussières en surface.
Sur les parcelles agricoles, la contamination est limitée à l'horizon labouré et les productions végétales obtenues sur des sols présentant plus de 200 mg de Pb et / ou 4 mg de Cd par kg (en poids sec) excèdent souvent les valeurs réglementaires en vigueur concernant l'alimentation humaine et animale.
Le secteur étudié porte sur 750 ha de terres agricoles dont la remédiation ne peut être basée simplement sur des techniques classiques de décapage et de remplacement des sols contaminés.
En vue d'apporter des arguments scientifiques et techniques sur l'intérêt du phytomanagement, un programme de recherche pluridisciplinaire, nommé Phytener et soutenu par l'ADEME, a été mis en place en 2009. Les modes de gestion retenus ont reposé sur la phytostabilisation, assistée ou pas, de Cd, Pb et Zn. Deux filières de production de biomasses non alimentaires ont été étudiés : le bois (Robinia pseudoacacia, Alnus glutinosa, Quercus ilex et Acer pseudoplatanus) et une végétation herbacée (Miscanthus x giganteus).
Les objectifs étaient de redonner un intérêt économique à des terres agricoles disqualifiées tout en répondant aux attentes environnementales, économiques, sociales. In fine, il s'agissait de contribuer à une reconversion durable de l'agriculture dans un secteur en difficulté en utilisant la biomasse végétale comme source de production d'énergie.

Documents liés