Nouveau FLAPP : Evaluation des flux azotés en bâtiments de poules pondeuses, au stockage et à l'épandage Agrandir l'image

FLAPP : Evaluation des flux azotés en bâtiments de poules pondeuses, au stockage et à l'épandage

Neuf

Le projet FLAPP s’est donné comme objectif une acquisition de connaissances sur les émissions d’ammoniac en pondeuse dans les deux principaux systèmes français à savoir un logement en cages aménagées et un logement en volière. L’évacuation fréquente des fientes, leur pré-séchage en bâtiment ou leur séchage à l’extérieur sont[…]
 Plus de détails

Déclinaisons
  • Format électronique

Fiche technique

Auteurs GENOT Nicolas, HASSOUNA Melynda, BLAZY Vincent, LAGRANGE Hélène, LOYON Laurence, GUIZIOU Fabrice, NUNES Guillaume, DURAND Dorian, INRAE, ARVALIS, CHAMBRE REGIONALE AGRICULTURE BRETAGNE, ITAVI
Public(s) Secteur agricole
Secteur de la recherche
Thématique Air et bruit
Collection Expertises
Éditeur(s) ADEME
Date d'édition 2021/10
Nb. de pages 17 P + 66 P
Format pdf/A4
Langue FR
Périmètre de publication National

En savoir plus

Le projet FLAPP s’est donné comme objectif une acquisition de connaissances sur les émissions d’ammoniac en pondeuse dans les deux principaux systèmes français à savoir un logement en cages aménagées et un logement en volière. L’évacuation fréquente des fientes, leur pré-séchage en bâtiment ou leur séchage à l’extérieur sont des techniques étudiées dans ce projet. L’autre ambition majeure de cette étude est la réalisation d’un bilan complet des émissions au bâtiment, au stockage et à l’épandage.

Au bâtiment, l’émission d’ammoniac mesurée en continu pendant plusieurs jours, plusieurs fois dans les lots de pondeuses, est cohérente avec les références disponibles. L’évacuation fréquente des fientes, réalisée en volière et en cages aménagées, permet bien une réduction des émissions (entre 60 et 80 % pour l’ammoniac). L’utilisation d’un sécheur extérieur permet l’obtention de fientes sèches n’émettant pas d’ammoniac une fois stockées à l’abri de l’humidité. Un suivi en laboratoire a permis d’identifier l’importance d’éviter une ré-humidification des fientes qui relance immédiatement la volatilisation de l’azote. Cette préconisation est valable également au cours de l’épandage. L’enfouissement des fientes prévient cette volatilisation d’autant plus que les conditions climatiques sont favorables (absence d’humidité). L’origine des fientes, en système volière ou cages aménagées, n’impacte pas l’émission d’ammoniac à l’épandage.

Cette étude a permis de confirmer les bonnes pratiques mises en place dans la filière française pour réduire les émissions d’ammoniac et améliorer la qualité de l’air. La méthodologie de mesure a dû s’adapter aux conditions difficiles rencontrées sur le terrain suggérant une vigilance constante dans les futurs projets sur le choix et l’utilisation d’appareils de mesures. Enfin, l’expérience terrain acquise dans ce projet a permis de confirmer l’importance de travailler également sur l’émission de particules en plus de l’ammoniac. Avec toujours le même objectif d’améliorer la qualité de l’air.