Mis à jour De la COP de Paris à Glasgow, le mouvement s'accélère Agrandir l'image

De la COP de Paris à Glasgow, le mouvement s'accélère

Journal du Grand Paris Hors-Série 37 & ADEME Ile-de-France

011844

Neuf


Accélérer le mouvement

« En six ans, l’Ile-de-France a beaucoup avancé sur la transition énergétique, mais la marge de progression reste importante », résume dans ce nouveau hors-série réalisé en co-édition avec le Journal du Grand Paris , son directeur régional Jérémie Almosni. « Certains résultats témoignent d’évolutions qui[…]  Plus de détails

Déclinaisons
  • Format électronique

Fiche technique

Co-auteur(s) ADEME ILE-DE-FRANCE
Public(s) Bureaux d'études
Entreprises et fédérations professionnelles
Collectivités territoriales
Administration publique
Thématique Déchets/Economie circulaire
Energies renouvelables, réseaux et stockage
Changement climatique et énergie
Urbanisme et bâtiment
Mobilité et transport
Collection Hors collection
Éditeur(s) JGPmedia / ADEME
Date d'édition 2021/11
Référence Ademe 011844
Nb. de pages 54 P
Format pdf/A4
Langue FR
Périmètre de publication Régional

En savoir plus


Accélérer le mouvement

« En six ans, l’Ile-de-France a beaucoup avancé sur la transition énergétique, mais la marge de progression reste importante », résume dans ce nouveau hors-série réalisé en co-édition avec le Journal du Grand Paris , son directeur régional Jérémie Almosni. « Certains résultats témoignent d’évolutions qui vont dans le bon sens, mais tout l’enjeu est d’accélérer le mouvement !

La dynamiquede tous ceux qui, aujourd’hui, sont en train de réaliser des projets,les partages d’expérience et l’effet d’entraînement que cela peut susciterseront essentiels pour aller plus loin ».Le constat est désormais quasi unanime. De même que l’engagementde tous, élus, dirigeants économiques, citoyens.

Mais il faut doncchanger de braquet, comme l’a rappelé récemment le 6° rapportdu Giec, qui a l’immense mérite de montrer que si elles sont inéluctables, les conséquences du réchauffement climatiques auront une ampleur inversement proportionnelle aux efforts consentis.

Autrement dit, chaque dixième de degré de réchauffement de la planète épargné réduira les méfaits du changement climatique. Le jeu en vautla chandelle. Ainsi, selon les scénarios du Giec, l’élévation du niveaudes océans, en 2300, variera de 2 à 15 m. A l’avenir, le nombre de vagues de forte chaleur survenant tous les 50 ans, par rapport à celui enregistré entre 1850 et 1900, s’étendra de 1 à 14 selon le niveau plus ou moins élevé de hausse de la température terrestre. « Chaque degré de réchauffement climatique de plus augmente de 7% le nombre d’événements climatiques extrêmes », a souligné Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du groupe n° 1 du Giec depuis 2015, lors de la présentation de ce rapport.

L’Ile-de-France, qui représente plus d’un tiers du PIB, doit évidemment prendre toute sa part dans ce combat stimulant, et créateur d’emplois.« En Ile-de-France, le potentiel est énorme en matière de récupérationde chaleur fatale, émise notamment par les incinérateurs de déchets.La géothermie constitue également une source d’EnRR * très importante,ainsi que la méthanisation », indique également Jérémie Almosni.

Ce hors-série démontre que l’énergie, l’imagination et l’audace sont déjàà l’oeuvre dans le très Grand Paris. Il suffit donc d’accélérer !