Evaluation de la biofiltration pour le traitement des émissions atmosphériques de tunnels routiers Agrandir l'image

Evaluation de la biofiltration pour le traitement des émissions atmosphériques de tunnels routiers

Projet BIOTAIR du programme CORTEA

Neuf

Le projet BIOTAIR évalue l'efficacité et la pérennité de la technique de biofiltration dans le traitement des effluents atmosphériques de tunnel routier. La biofiltration, telle que mise en oeuvre lors de cette étude, peut être considérée comme efficace pour réduire très sensiblement un grand nombre d'effluents atmosphériques.Trois dispositifs pilotes (BF50,[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs CNRS RHONE AUVERGNE, PHYTORESTORE
Public(s) Entreprises et fédérations professionnelles
Secteur de la recherche
Thématique Air et bruit
Collection Hors collection
Date d'édition 2015/07
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 151 P + 24 P + 2 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

Le projet BIOTAIR évalue l'efficacité et la pérennité de la technique de biofiltration dans le traitement des effluents atmosphériques de tunnel routier. La biofiltration, telle que mise en oeuvre lors de cette étude, peut être considérée comme efficace pour réduire très sensiblement un grand nombre d'effluents atmosphériques.Trois dispositifs pilotes (BF50, BF100 et témoin) ont été testés à des échelles réduites pendant 18 mois pendant quatre campagnes de mesures. Entre l'amont et l'aval des biofiltres, des mesures ont été réalisées sur le taux d'abattement des biofiltres pour différents polluants atmosphériques (oxydes d'azote, particules, benzène, toluène, éthylbenzène, xylène (BTEX) et ammoniac) ainsi que des observations sur l'évolution de la composition chimique de l'eau et des sols dans les biofiltres. Deux dispositifs sont testés avec un flux d'air extrait du tunnel routier Guy Môquet situé sur l'A86. Le troisième biofiltre, non alimenté en air vicié, a servi de témoin pour suivre le développement « normal » d'un biofiltre.