Qualité de l'air et solutions alternatives au brûlage à l'air libre des déchets verts Agrandir l'image

Qualité de l'air et solutions alternatives au brûlage à l'air libre des déchets verts

informations et note méthodologique sur les émissions de polluants

Neuf

Le brûlage à l'air libre des déchets verts est une source importante de polluants dans l'air, notamment en particules, hydrocarbures aromatiques polycycliques, monoxyde de carbone, composés organiques volatiles et oxydes d'azote. Pourtant, la pratique reste encore assez répandue, bien qu'interdite en France. Or, des solutions alternatives existent montrant leur intérêt[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs ADEME
Co-auteur(s) I CARE ENVIRONNEMENT
Public(s) Grand public
Administration publique
Thématique Air et bruit
Collection Expertises
Date d'édition 2016/07
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 112 P + 90 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

Le brûlage à l'air libre des déchets verts est une source importante de polluants dans l'air, notamment en particules, hydrocarbures aromatiques polycycliques, monoxyde de carbone, composés organiques volatiles et oxydes d'azote. Pourtant, la pratique reste encore assez répandue, bien qu'interdite en France. Or, des solutions alternatives existent montrant leur intérêt en faveur de la qualité de l'air.
Cette étude, basée sur des exemples d'opérations pour différentes alternatives au brûlage à l'air libre, démontre qu'une amélioration de la qualité de l'air est possible, en choisissant par exemple le broyage, le paillage, le compostage (domestique, collectif, industriel ou co-compostage) ou encore la chaufferie collective biomasse. L'étude a permis d'établir le potentiel de gain d'émissions de polluants évitées en comparant la pratique du brûlage à l'air libre des déchets verts à ces différentes solutions alternatives (prévention et valorisations matière ou énergie).
Si un moyen de transport est nécessaire dans la mise en oe½uvre d'une solution alternative, il convient toutefois d'utiliser un véhicule performant sur les émissions de polluants, bien que ces émissions indirectes, dues au transport (si énergie fossile), influencent globalement assez peu le bilan des émissions. Les émissions de polluants dues au brûlage sont en effet, le plus souvent largement supérieures à celles dues à la solution alternative (process et, le cas écheant, le transport).
Cette étude répond à l'engagement de la France pour améliorer la qualité de l'air, notamment en luttant contre le brûlage à l'air libre des déchets verts. C'est une mesure inscrite dans le plan de réduction des émissions de polluants atmosphériques (révision 2017 du PREPA) et de la conférence environnementale 2014 (mesure 62(e) de la feuille de route 2015).
Cette étude préfigure à la réalisation d'une brochure «Clés pour agir» sur le sujet des solutions alternatives au brûlage à l'air libre des déchets verts pour une amélioration de la qualité de l'air, dont la publication est prévue en 2018.