C@RUN Agrandir l'image

C@RUN

Séquestration de carbone dans les sols agricoles réunionnais : évaluations, modélisation spatiale et potentiels d’atténuation du changement climatique

Neuf

L’exploration et la fouille de données spatiales dans l’importante base de données d’analyses de sol de La Réunion (> 45 000 échantillons depuis plus de 20 ans) montrent une stabilité et une teneur très élevée des teneurs de carbone du sol sous prairie et culture de canne à sucre[…]
 Plus de détails

Déclinaisons
  • Format électronique

Fiche technique

Auteurs TODOROFF Pierre, ALBRECHT Alain, ALLO Miriam, THURIES Laurent, TILLARD Emmanuel, RONDEAU Philippe, CIRAD
Public(s) Bureaux d'études
Secteur agricole
Secteur de la recherche
Thématique Produire autrement
Collection Expertises
Éditeur(s) ADEME
Date d'édition 2019/03
Nb. de pages 89 P
Format pdf/A4
Langue FR
Périmètre de publication National
Régional

En savoir plus

L’exploration et la fouille de données spatiales dans l’importante base de données d’analyses de sol de La Réunion (> 45 000 échantillons depuis plus de 20 ans) montrent une stabilité et une teneur très élevée des teneurs de carbone du sol sous prairie et culture de canne à sucre (jusqu’à 300 t/ha sur les 30 premiers cm de profondeur).
Nous avons utilisé le calculateur de bilan de carbone Ex-ACT pour évaluer l’impact des changements d’usages agricoles des sols sur les stocks de carbone. Pour cela nous avons stratifié le territoire en unités pédologiques homogènes à partir de la signature spectrale en moyen infrarouge des échantillons de sol.
Des analyses de minéraux amorphes (allophanes) ont montré par ailleurs que ceux-ci constituent un proxy de la densité apparente des sols volcaniques (Da=0.4 dans des andosols perhydratés à 1.2 dans des sols ferralitiques). C’est ainsi grâce à la présence des minéraux amorphes, quantifiables par spectroscopie infrarouge, et la grande quantité d’échantillons de sols conservés en pédothèque, que nous avons pu estimer les stocks de carbone des unités de sol selon divers modes d’usage. Au total, les sols agricoles de La Réunion renferment un stock de 6.8 millions de tonnes de carbone sur 0-30cm de profondeur pour une surface de 47 585 ha.
L’outil Ex-ACT a permis d’évaluer les bilans GES pour un petit territoire comme La Réunion où la diversité des sols, des climats, des usages est importante, à condition de renseigner les facteurs d’émission avec des valeurs de niveau Tier 2. Le total annuel d’émissions de GES de 276 879 tCO2eq. Trois des scénarios simulés sont «sourcesde carbone» en raison, majoritairement, d’une augmentation des surfaces de maraîchage, ananas au détriment de la canne à sucre. Trois scénarios sont «puitsde carbone», grâce à la diminution des intrants dans le scénario ‘augmentation des surfaces en prairies’, à l’augmentation de la biomasse aérienne dans le scénario ‘maraichage et arboriculture’, et les pratiques conservatrices du scénario ‘monoculture canne à sucre’.