Analyse du cycle de vie de systèmes renouvelables de production de chaleur et de froid de grande puissance Agrandir l'image

Analyse du cycle de vie de systèmes renouvelables de production de chaleur et de froid de grande puissance

Neuf

Cette étude a pour objectif d’évaluer les impacts environnementaux de plusieurs systèmes renouvelables de production de chaleur et de froid, de puissance supérieure à 250 kW via la méthode d’analyse du cycle de vie. Les systèmes étudiés sont basés sur des pompes à chaleur géothermiques ou des installations solaires thermiques.
L’étude[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs SOLINNEN, ENGIE Lab CRIGEN, TRACTEBEL
Co-auteur(s) ADEME
Public(s) Bureaux d'études
Entreprises et fédérations professionnelles
Collectivités territoriales
Thématique Energies renouvelables, réseaux et stockage
Collection Expertises
Éditeur(s) ADEME
Date d'édition 2020/09
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 30 P + 17 P + 564 P + 90 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

Cette étude a pour objectif d’évaluer les impacts environnementaux de plusieurs systèmes renouvelables de production de chaleur et de froid, de puissance supérieure à 250 kW via la méthode d’analyse du cycle de vie. Les systèmes étudiés sont basés sur des pompes à chaleur géothermiques ou des installations solaires thermiques.
L’étude comprend onze cas d’études, représentatifs de différents contextes d’utilisation des systèmes de production de chaleur et de froid de grande puissance :
• 5 cas d’étude couvrent des usages de réseaux urbains (cas 1 à 4 et cas 11) : l’étude montre que les systèmes renouvelables de grande puissance ont des émissions de GES plus faibles que les solutions centralisées de grande puissance les plus couramment déployées actuellement (chaufferie gaz ou groupe froid aérothermique). Cependant, il existe des cas où une solution décentralisée peut avoir une meilleure performance carbone, notamment lorsque le taux de couverture EnR est plus élevé en décentralisé qu’en centralisé (l’utilisation d’un système d’appoint alimenté par une énergie fossile étant une pratique courante pour les réseaux urbains).
• 6 cas d’étude couvrent des usages industriels (cas 5 à 10) : l’étude montre que les systèmes renouvelables de grande puissance ont des émissions de GES plus faibles que les systèmes de référence auxquels ils ont été comparés.

Les systèmes renouvelables étudiés peuvent avoir des impacts supérieurs aux systèmes de référence pour certaines catégories d’impact, notamment les particules fines, l’acidification, ou la toxicité humaine.
Ces impacts causent des dommages à la santé humaine et aux écosystèmes, mais l’étude montre qu’ils ne sont pas suffisants pour contrebalancer les bénéfices liés à une meilleure performance carbone. En matière de ressources, l’utilisation de pompes à chaleur et de panneaux solaires thermiques dans les contextes étudiés permet de diminuer l’impact sur l’épuisement des ressources énergétiques fossiles, mais contribue généralement davantage à l’épuisement des ressources minérales et métalliques.