Étude sur les contributions au "vrai débat" en liaison avec la fiscalité et l'environnement Agrandir l'image

Étude sur les contributions au "vrai débat" en liaison avec la fiscalité et l'environnement

Neuf

L’étude présente les résultats d’une analyse de la consultation en ligne du « Vrai débat » lancée par un collectif de gilets jaunes fin 2018 en parallèle du Grand débat national, lancé par le Président de la République à la même période.
Elle a pour objectif d’identifier les opinions des contributeurs[…]  Plus de détails

Télécharger les fichiers

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs JOLIVET Patrick, MARTIN Solange, ROCCI Anaïs, HOIBIAN Sandra, GAUTHIER Romain, JAUNEAU-COTTET Pauline, ADEME, CREDOC
Public(s) Bureaux d'études
Collectivités territoriales
Administration publique
Thématique Changement climatique et énergie
Recherche et Innovation
Collection Expertises
Date d'édition 2020/02
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 28 P + 7 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

L’étude présente les résultats d’une analyse de la consultation en ligne du « Vrai débat » lancée par un collectif de gilets jaunes fin 2018 en parallèle du Grand débat national, lancé par le Président de la République à la même période.
Elle a pour objectif d’identifier les opinions des contributeurs à cette plateforme spécifiquement sur les questions de fiscalité, d’environnement et d’équité sociale.
Les contributions du Vrai débat étudiées convergent très majoritairement vers l’attente d’un Etat plus présent, qui régule, protège, redistribue, et demande un effort fiscal plus important aux catégories les plus aisées de la population. Le souhait de régulation et de redistribution domine sur l'attente d'une baisse des impôts.
La demande d’action des pouvoirs publics concerne prioritairement une action en faveur de l’environnement (17%), suivie du souhait de davantage de redistribution (16%), de plus d’impôts (12%) (notamment via la suppression de niches fiscales), d’un contrôle plus important des fraudes/une régulation plus forte (12%) et une protection sociale plus généreuse (9%).
La taxe carbone est évoquée plutôt positivement, mais par très peu de contributions, car sur le plan environnemental, elle est considérée comme un levier d’action parmi de nombreux autres.