Impact du renouvellement d'appareils non performants de chauffage domestique au bois sur la qualité de l'air intérieur Agrandir l'image

Impact du renouvellement d'appareils non performants de chauffage domestique au bois sur la qualité de l'air intérieur

QAI Arve - Mesures réalisées in situ en vallée de l'Arve dans des logements chauffés au bois

Neuf

Le projet QAI ARVE a pour principal objectif d'évaluer l'effet, sur la qualité de l'air intérieur, du remplacement d'un appareil domestique ancien de chauffage au bois par un appareil performant. Il a été réalisé conjointement avec le projet CARVE qui étudie l'impact du renouvellement des appareils sur les émissions[…]
 Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs INERIS
Co-auteur(s) ADEME, Confédération des Ramoneurs savoyards, SM3A
Public(s) Entreprises et fédérations professionnelles
Collectivités territoriales
Monde de la recherche
Thématique Air et bruit
Collection Expertises
Date d'édition 2019/09
Type de document Étude
Nb. de pages 12 P + 80 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

Le projet QAI ARVE a pour principal objectif d'évaluer l'effet, sur la qualité de l'air intérieur, du remplacement d'un appareil domestique ancien de chauffage au bois par un appareil performant. Il a été réalisé conjointement avec le projet CARVE qui étudie l'impact du renouvellement des appareils sur les émissions de particules dans l'air extérieur ainsi que sur les rendements des appareils.

Les polluants recherchés en air intérieur dans le cadre du projet QAI ARVE sont des composés organiques volatils et des aldéhydes.
Parmi ces composés, seul le benzène montre des valeurs médianes de concentration supérieures à celle de la médiane de la campagne OQAI. Quel que soit le polluant considéré, les médianes ont diminué entre les campagnes avant et après changement d'appareil. Néanmoins il semble statistiquement que, pour l'hexanal, la qualité de l'air intérieur se soit dégradée, mais aucun impact sanitaire n'a été mis en évidence. Certaines corrélations ont pu être établies entre la présence de granulés et les teneurs en hexanal.
Du point de vue des risques sanitaires et en se basant sur des hypothèses simples et raisonnablement majorantes, les résultats obtenus suggèrent un besoin de diminuer les expositions chroniques des habitants aux substances considérées, en ciblant prioritairement le benzène et dans une moindre mesure les xylènes, l'acétaldéhyde et le naphtalène
Néanmoins, il est difficile de relier le changement d'appareil de chauffage avec l'évolution des concentrations en polluants pour les polluants considérés. En effet, de nombreuses sources intérieures peuvent contribuer à l'apport en polluant (travaux, ménage, cuisine), tout comme les pratiques (durée de fonctionnement de l'appareil, temps d'aération).

Documents liés