Maîtrise de la qualité de l'air par les matériaux adsorbants Agrandir l'image

Maîtrise de la qualité de l'air par les matériaux adsorbants

Potentiel des matériaux dépolluants de type adsorbant pour l'amélioration de la qualité de l'air intérieur

Neuf

L'étude AIMANT a pour objectif d'évaluer la capacité de matériaux dits purificateurs d'air ou dépolluants, que sont les matériaux adsorbants (aussi appelés sorptifs), à réduire de manière significative et durable l'exposition des occupants en captant les molécules de polluants émis dans l'air intérieur par différentes sources, ou en[…]
 Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs BLONDEAU Patrice, MAUPETIT François, SÉRAFIN Guillaume, NICOLAS Mélanie, CSTB
Co-auteur(s) UNIVERSITE DE LA ROCHELLE
Public(s) Entreprises et fédérations professionnelles
Collectivités territoriales
Secteur de la recherche
Thématique Air et bruit
Collection Expertises
Date d'édition 2019/07
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 62 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

L'étude AIMANT a pour objectif d'évaluer la capacité de matériaux dits purificateurs d'air ou dépolluants, que sont les matériaux adsorbants (aussi appelés sorptifs), à réduire de manière significative et durable l'exposition des occupants en captant les molécules de polluants émis dans l'air intérieur par différentes sources, ou en limitant les émissions par les matériaux sur lesquels ils sont appliqués.

La méthodologie de l'étude AIMANT associe, d'une part des tests en chambre environnementale (de petit volume), destinés à caractériser les performances intrinsèques de six matériaux adsorbants en fonction des conditions environnementales étudiées, et d'autre part des simulations avec un modèle simplifié, destinées à mieux comprendre la durée d'activités des produits adsorbants pendant laquelle le principe actif est capable d'adsorber le polluant.

Le présent rapport expose les résultats de ces tests. Cette étude porte sur trois familles de matériaux adsorbants (de décoration type peinture et aussi de parement type plaque de plâtre et dalle de plafond) et sur six polluants (formaldéhyde, acétaldéhyde, hexaldéhyde, d-limonène, toluène, acétone).

L'adsorption significative et irréversible du formaldéhyde par 3 des 6 matériaux étudiés a pu être démontrée, et la mise en place de matériaux adsorbants sur les murs d'une pièce a permis de réduire les concentrations en formaldéhyde d'au moins 50 %. Pourtant, bien souvent, la durée d'activité des matériaux adsorbants ne peut pas garantir une épuration durable de l'air intérieur.

Les informations fournies permettent d'alimenter une première réflexion sur l'intérêt de recourir à ces produits dans le cadre d'opérations de construction ou de rénovation.