Evaluation des impacts sur la qualité de l'air des actions de modernisation du parc d'appareils de chauffage au bois à Lanslebourg. Agrandir l'image

Evaluation des impacts sur la qualité de l'air des actions de modernisation du parc d'appareils de chauffage au bois à Lanslebourg.

Neuf

Après une première étude en 2010 dressant un bilan de la pollution atmosphérique sur Lanslebourg, le programme Bois-EnAIRgie a été mis en place en partenariat avec l'ADEME pour proposer des actions d'amélioration des émissions par la combustion du bois. Dans ce contexte, un suivi d'indicateurs de la combustion du bois[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs CARTERET Marion, GOLLY Benjamin, BESOMBES Jean-Luc, BRULFERT Guillaume, ROZE Florent, ROGAUME Yann, ROGAUME Caroline, COLLET Serge, ADEME, UNIVERSITE SAVOIE, INERIS
Co-auteur(s) Air Rhône-Alpes
Public(s) Entreprises et fédérations professionnelles
Thématique Energies renouvelables, réseaux et stockage
Air et bruit
Collection Hors collection
Date d'édition 2014/06
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 148 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

Après une première étude en 2010 dressant un bilan de la pollution atmosphérique sur Lanslebourg, le programme Bois-EnAIRgie a été mis en place en partenariat avec l'ADEME pour proposer des actions d'amélioration des émissions par la combustion du bois. Dans ce contexte, un suivi d'indicateurs de la combustion du bois sur les deux années initialement prévues du programme Bois- EnAIRgie a été proposé. Ce projet était constitué de deux tâches principales :

  • la réalisation d'un état des lieux bibliographique des facteurs d'émission des principaux polluants et des caractéristiques chimiques des émissions par la combustion de la biomasse pour l'utilisation de différents appareils de chauffage au bois (du foyer ouvert aux chaudières de puissance maximale de 2 MW...) en s'appuyant à la fois sur des articles scientifiques et des rapports techniques publiés en France et à l'étranger.
  • la mise en place d'un suivi sur deux ans d'indicateurs de la combustion de la biomasse afin d'évaluer l'impact sur la qualité de l'air des actions d'amélioration des modes de chauffage conduite dans la commune. Ce suivi a été réalisé de juin 2012 à juin 2014 en déployant un dispositif comportant la mesure des concentrations en « Black Carbon » (BC) par Aethalomètre et en PM10 par TEOM-FDMS.