Volatilisation des pesticides depuis les plantes : approche expérimentale et modélisation Agrandir l'image

Volatilisation des pesticides depuis les plantes : approche expérimentale et modélisation

Neuf

« L'activité agricole présente la principale source de contamination de l'atmosphère par les pesticides. Les niveaux de concentration des pesticides dans l'atmosphère méritent une attention particulière de la part de la recherche compte tenu de leurs impacts potentiels sur la population et les écosystèmes. Bien que la volatilisation depuis la[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs LICHIHEB N, ADEME, AgroParisTech
Public(s) Secteur de la recherche
Thématique Air et bruit
Collection Expertises
Date d'édition 2014/10
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 224 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

« L'activité agricole présente la principale source de contamination de l'atmosphère par les pesticides. Les niveaux de concentration des pesticides dans l'atmosphère méritent une attention particulière de la part de la recherche compte tenu de leurs impacts potentiels sur la population et les écosystèmes. Bien que la volatilisation depuis la plante soit reconnue plus intense et plus rapide que la volatilisation depuis le sol, cette voie de transfert est à ce jour la moins bien renseignée avec peu de modèles disponibles pour sa description. Le manque de connaissances est lié essentiellement à la complexité des interactions entre les processus ayant lieu à la surface de la feuille et qui sont en compétition avec la volatilisation, notamment la pénétration foliaire et la photodégradation.
Un système de chambre de volatilisation a été développé afin d'étudier d'une manière simultanée les processus de volatilisation et de pénétration foliaire. Les expérimentations réalisées avec trois fongicides (époxyconazole, chlorothalonil et fenpropidine) appliqués sur feuilles de blé ont permis une description affinée du processus de pénétration foliaire grâce au protocole d'extraction des feuilles mis en place. Des coefficients de pénétration indispensables à la modélisation du devenir des pesticides à la surface des feuilles ont été calculés ainsi que des relations entre les propriétés physico-chimiques des pesticides et les processus qui contrôlent leur distribution sur et dans la feuille. L'étude expérimentale portant sur le processus de photodégradation a consisté en une irradiation de films de cire simulant les feuilles de blé traités avec des pesticides dans un simulateur solaire Suntest. »