Réactivité hétérogène de pesticides adsorbés sur des particules atmosphériques : Agrandir l'image

Réactivité hétérogène de pesticides adsorbés sur des particules atmosphériques :

influence des paramètres environnementaux sur les cinétiques

Neuf

La contamination de l'environnement par les pesticides est ubiquiste et les preuves d'impacts sanitaires et environnementaux s'accumulent. Après application, une fraction des pesticides passe dans l'atmosphère où ils sont répartis entre les phases gazeuse, aqueuse et particulaire.
La plupart des pesticides utilisés aujourd'hui sont semi-volatils et sont donc en partie[…]
 Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs MATTEI Coraline, UNIVERSITE AIX-MARSEILLE, ADEME, CNRS, CONSEIL REGIONAL PACA
Public(s) Secteur de la recherche
Thématique Air et bruit
Collection Expertises
Date d'édition 2019/07
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 239 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

La contamination de l'environnement par les pesticides est ubiquiste et les preuves d'impacts sanitaires et environnementaux s'accumulent. Après application, une fraction des pesticides passe dans l'atmosphère où ils sont répartis entre les phases gazeuse, aqueuse et particulaire.
La plupart des pesticides utilisés aujourd'hui sont semi-volatils et sont donc en partie adsorbés en surface de particules atmosphériques où ont lieu des réactions hétérogènes. La réactivité en phase gazeuse des pesticides est documentée contrairement à celle en phase particulaire qui est mal décrite.
Ce travail de thèse a permis d'étudier par expérimentation en laboratoire l'influence de paramètres environnementaux (humidité relative, nature des particules, taux de recouvrement) sur la réactivité hétérogène de huit pesticides (cyprodinil deltaméthrine difénoconazole fipronil oxadiazon pendiméthaline perméthrine tétraconazole). Ces composés étaient adsorbés sur des particules minérales (silices hydrophobe et hydrophile, sable d'Arizona) et ont été exposés auxprincipaux oxydants atmosphériques (ozone, radicaux hydroxyles (OH) et nitrates (NO3)).
Les résultats ont montré que l'humidité relative, la nature des particules et le taux de recouvrement peuvent influencer les cinétiques de dégradation hétérogène par l'ozone et les radicaux OH. Ils ont aussi permis de mettre en évidence l'efficacité des radicaux NO3 pour la dégradation hétérogène des pesticides (temps de demi-vie hétérogène avec NO3 : 2 à 16 j contre 0,4 à >800 j avec l'ozone et 3 à >100 j avec OH). Ces résultats permettent une meilleure compréhension du devenir atmosphérique des pesticides et contribueront à la prédiction de la pollution de l'air par les pesticides.