Evaluation des performances et de l'innocuité de systèmes de traitement de l'air intérieur en conditions réelles Agrandir l'image

Evaluation des performances et de l'innocuité de systèmes de traitement de l'air intérieur en conditions réelles

Neuf

Les systèmes autonomes de traitement de l'air intérieurutilisant une fonction photocatalytique ont conquis un marché important en France. La norme actuelle en vigueur (XPB44013) propose des conditions expérimentales pour tester les performances épuratoires de ces systèmes autonomes qui sont éloignées des conditions réelles de mise en oeuvre, tant du[…]
 Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs HARB Pamela, ECOLE DES MINES DE DOUAI, UNIVERSITE LILLE I-SCIENCES ET TECHNOLOGIES, ADEME
Public(s) Secteur de la recherche
Thématique Air et bruit
Collection Expertises
Date d'édition 2017
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 220 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

Les systèmes autonomes de traitement de l'air intérieurutilisant une fonction photocatalytique ont conquis un marché important en France. La norme actuelle en vigueur (XPB44013) propose des conditions expérimentales pour tester les performances épuratoires de ces systèmes autonomes qui sont éloignées des conditions réelles de mise en oeuvre, tant du point de vue (i) du volume de l'enceinte de test que (ii) de la diversité des COV modèles à considérer.

Afin de proposer une évaluation pertinente des performances des systèmes autonomes de traitement de l'air et pouvoir déterminer leur influence réelle sur la qualité de l'air intérieur, il est donc crucial d'étudier ces performances dans une pièce expérimentale de volume réaliste et pour des mélanges différents de composés organiques volatiles (COV) qui sont rencontrés habituellement en air intérieur.

L'objectif principal de cette thèse est d'évaluer les performances et l'innocuité de systèmes commerciaux de traitement d'air présentant une fonction photocatalytique dans des situations de fonctionnement types, proches des conditions réelles d'utilisation, c'est-à-dire en prenant en compte la diversité des espèces de COV et leurs faibles concentrations présentes dans l'air à l'intérieur d'un bâtiment.

Pour atteindre cet objectif, une pièce expérimentale d'un volume de 40m3, nommée IRINA, est développée et validée. Les performances des systèmes autonomes de traitement de l'air sont évaluées dans la chambre IRINA, (i) en utilisant cinq matrices spécifiques de mélanges de polluants rencontrés en air intérieur, puis (ii) en étudiant un évènement de pollution ponctuelle due à un nettoyage, et enfin (iii) en suivant l'évolution d'une source d'émission continue de pollution liée à des matériaux bois. Grâce aux résultats de ces travaux de thèse, des recommandations sont formulées pour l'évolution de la normalisation en photocatalyse.

En savoir plus, sur cette thèse.

Documents liés