Déconvolution de la contribution de la combustion de la biomasse aux particules PM10 dans la vallée de l'Arve Agrandir l'image

Déconvolution de la contribution de la combustion de la biomasse aux particules PM10 dans la vallée de l'Arve

Projets DECOMBIO 1&2

Neuf

Les projets DECOMBIO 1&2 ont pour objectif d’aider à l’évaluation des impacts sur la qualité de l’air du dispositif Fonds Air Bois de la vallée de l’Arve, grâce à des mesures chimiques et météorologiques réalisées sur le terrain durant six hivers (de 2013 à 2018).

La méthodologie repose notamment sur:

  • La validation[…]
 Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs JAFFREZO Jean-Luc, BESOMBES Jean-Luc, MARCHAND Nicolas, MOCNIK G, BRULFERT G, CHEVRIER F, BERTRAND A, JEZEK I, SAMAKE A, ALLARD J, IGE, LCME, Laboratoire Chimie Environnement, ATMO
Public(s) Collectivités territoriales
Secteur agricole
Secteur de la recherche
Administration publique
Thématique Air et bruit
Collection Expertises
Date d'édition 2020/09
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 94 P 98 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

Les projets DECOMBIO 1&2 ont pour objectif d’aider à l’évaluation des impacts sur la qualité de l’air du dispositif Fonds Air Bois de la vallée de l’Arve, grâce à des mesures chimiques et météorologiques réalisées sur le terrain durant six hivers (de 2013 à 2018).

La méthodologie repose notamment sur:

  • La validation d’une méthode de détermination de la fraction des concentrations ambiantes de PM10 issues de la source de combustion de la biomasse (PM10wb);
  • La comparaison des concentrations de PM10wb au cours des hivers pour des conditions météorologiques semblables;
  • La comparaison des évolutions de concentrations de PM10wb avec celles des émissions estimées, en prenant en compte le renouvellement des appareils de chauffage au bois lié au dispositif Fonds Air Bois.

Les résultats des projets DECOMBIO 1&2 montrent que:
  • Les concentrations hivernales les plus fortes sont observées pendant les périodes d’inversion de température, les concentrations de polluants près du sol pouvant être jusqu’à sept fois plus importantes qu’en altitude;
  • La prise en compte des facteurs météorologiques est indispensable pour comparer les évolutions de concentrations dans le temps;
  • Les réductions moyennes de concentrations de PM10wb déterminées entre le 1er et le 6ème hiver du dispositif sont d’environ 20% pour les journées météorologiques propices à la dispersion des polluants. En effet, cette comparaison est statistiquement valide uniquement pour cette classe de journées;
  • Ces réductions de concentrations sont du même ordre de grandeur que les réductions des émissions de PM10 issues de la combustion de biomasse, par les appareils remplacés dans le cadre du Fonds Air Bois, elles-mêmes estimées entre 23 et 34%.