HYDROGES Agrandir l'image

HYDROGES

Composantes hydrologiques des émissions terrestres du gaz à effet de serre N2O

Neuf

Beaucoup moins abondant (environ 1000 fois) dans l'atmosphère que le dioxyde de carbone (CO2), l'oxyde nitreux (N2O), avec un pouvoir de réchauffement global de presque 300 fois plus que le CO2), intervient significativement dans le réchauffement global (6% au niveau global, estimation de 10 % au niveau national français). L'agriculture[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs HENAULT Catherine, GARNIER Josette, ANSARD Patrick, AYZAC Adeline, AZOUGUI Abelkader, BILLEN Gilles, BOSC Sebastien, BOURENNANE Hocine, CHAUMONT Cédric, COTTENOT Lionel, COUSIN Isabelle, EGLIN Thomas, GIOT Guillaume, GROSSEL Agnes, HENINE Hocine, LE LAY Christian, MARTINEZ Anun, MERCIER Benjamin, PASQUIER Catherine, POINÇOT Flavien, SILVESTRE Marie, TALLEC Gaelle, THERY Sylvain, TOURNEBIZE Julien, ADEME
Co-auteur(s) INRAE, SORBONNE UNIVERSITE
Public(s) Secteur agricole
Secteur de la recherche
Thématique Changement climatique et énergie
Collection Expertises
Date d'édition 2019/12
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 130 P + 13 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

Beaucoup moins abondant (environ 1000 fois) dans l'atmosphère que le dioxyde de carbone (CO2), l'oxyde nitreux (N2O), avec un pouvoir de réchauffement global de presque 300 fois plus que le CO2), intervient significativement dans le réchauffement global (6% au niveau global, estimation de 10 % au niveau national français). L'agriculture est de loin la source la plus importante des émissions anthropiques de N2O. Dans les inventaires nationaux français d'émission de gaz à effet de serre (GES), les émissions indirectes de N2O (issues du lessivage et du ruissellement de l'azote, ainsi que du dépôt atmosphérique d'azote réactif) sont du même ordre de grandeur que les émissions directes de ce gaz par les sols et sont le poste qui présente les plus fortes incertitudes quantitatives. L'objectif d'HydroGES était (i) d'acquérir des références originales d'émissions indirectes et d'émissions directes de N2O par les sols du Bassin Parisien (ii) de faire évoluer les connaissances sur le déterminisme des émissions indirectes, (iii) de faire évoluer les outils d'inventaire des émissions indirectes de N2O et (iv) de proposer des inventaires revisités aux échelles des bassins versant étudiés, (Orgeval/Bassin du Grand Morin/Bassin de la Seine, site OS²/Bassin du Haut Loir).

Documents liés