Analyse bibliographique des travaux français et européens : le coût social des pollutions sonores Agrandir l'image

Analyse bibliographique des travaux français et européens : le coût social des pollutions sonores

Neuf

La mesure du coût social du bruit permet d'apporter des valeurs économiques de référence en vue de nourrir une analyse plus globale des coûts et des bénéfices de politiques et de projets de réductions des nuisances sonores (ex. revêtements routiers, murs anti bruit, isolations de façades, capotage de matériel, sensibilisation[…]  Plus de détails

Déclinaisons

Fiche technique

Auteurs ERNST & YOUNG
Public(s) Collectivités territoriales
Grand public
Administration publique
Thématique Air et bruit
Collection Expertises
Date d'édition 2016/05
Type de document Etude / Recherche
Nb. de pages 14 P + 59 P
Format pdf/A4
Langue FR

En savoir plus

La mesure du coût social du bruit permet d'apporter des valeurs économiques de référence en vue de nourrir une analyse plus globale des coûts et des bénéfices de politiques et de projets de réductions des nuisances sonores (ex. revêtements routiers, murs anti bruit, isolations de façades, capotage de matériel, sensibilisation des citoyens aux comportements vertueux, etc.). A ce jour cependant, l'évaluation du coût social du bruit en France reste imprécise et parcellaire.
Le Conseil National du Bruit, dans son projet de programme de travail adopté en septembre 2013 a ainsi inscrit le sujet de «l'approche économique du bruit» et notamment l'évaluation des coûts induits par le bruit. La présente étude s'inscrit dans le cadre de ces travaux, et a pour objectif de consolider et d'améliorer les connaissances des décideurs publics et privés sur les conséquences financières directes et indirectes de l'exposition au bruit.
La méthodologie de la présente étude repose sur une analyse critique des travaux disponibles à l'échelle française et européenne : études scientifiques, études technico-économiques, enquêtes et sondages auprès des populations, articles de presse... A partir de cette base, la méthode consiste à établir une description des coûts sociaux directs et indirects des principales sources de nuisances sonores (transport, voisinage, milieu professionnel), puis une traduction économique de chaque poste de coût lorsque des données le permettent. En conclusion, l'étude propose des pistes de recherches complémentaires pour combler les connaissances manquantes.

Documents liés